Article de l’école Nanteuil, le 4 juin 2015

Notre journée au four à pain le 4 juin 2015

 En cette belle matinée du 4 juin, voilà une vingtaine d’élèves de CP, quelques parents et un enseignant qui quittent l’école Nanteuil pour la maison de quartier Gérard Rinçon, à une demi-heure de marche. Loin ? Pas vraiment. Ils sont motivés et connaissent le trajet (il semble que D’Estienne d’Orves soit familier des enfants de Nanteuil). En chemin, l’enseignant en profite même pour leur faire faire une halte devant le « Mur à rêves », élément du patrimoine urbain de la ville. Les enfants laissent libre cours à leur imagination.
A notrepain1 001 arrivée, Didier nous accueille au pied de la maison attenante au parc, à côté du beau four à pain déjà en chauffe. Quel beau lieu pour passer une telle journée !
Première étape, indispensable pour faire du pain (et plein d’autres choses) : se laver les mains.
Les enfants entrent ensuite dans la maison et s’attablent devant les ingrédients qui vont servir à faire la pâte à pain. Bien préparés, ils reconnaissent la farine, l’eau mais aussi le sel et la levure de boulanger. Arrive l’étape singulière du pétrissage de la pâte à la main. Tout se passe bien. Chacun laisse ensuite sa boule de pâte reposer dans le petit panier, Didier expliquant le fonctionnement de la levure.
Une pause est bien méritée dans le parc, agrémentée d’un beau demi sablé cuit par Didier et ses amis quelques jours avant dans le four. Délicieux ! Dans le parc, seuls les élèves jouent ! Les parents, eux, « travaillent » : ils préparent les pizzas avec de la pâte auparavant préparée par Didier et avec les ingrédients que les enfants ont apportés.
On attable les enfants ; les pizzas arrivent quasiment sans discontinuer. Quel délice ! Quel régal ! Réalisez bien : une vraie pizza cuite avec de la vraie pâte, dans un vrai four à pain, préparée par Didier, Papa et Maman et avec les ingrédients qu’on a choisis au magasin ! (De nos jours, faire sa propre nourriture est inhabituel, surtout pour un produit industriel et courant comme la pizza ; nous sommes heureux que les enfants aient pu toucher ça du doigt et qu’ils garderont longtemps en tête leurs sensations, surtout quand ils mangeront leur prochaine pizza).pain2 001
On voit que les enfants adorent (cf la sauce tomate tout autour des bouches) et en redemandent. Les pizzas affluent. Les enfants sont repus.
Avec tout ça, il faut digérer… Et surtout attendre que le four refroidisse : la température pour la cuisson du pain est inférieure à celle requise pour la cuisson du pain.
Retour au parc, au bac à sable, à la cage à poules, sous un beau soleil.
Un peu plus tard, l’enseignant lit aux enfants « La grosse faim de p’tit bonhomme » (Pierre Delye, Cécile Hudrisier, édité par Didier Jeunesse), un petit garçon qui a faim et qui va demander du pain au boulanger. Celui-ci a besoin de farine pour faire du pain. P’tit bonhomme va donc demander de la farine au meunier. Celui-ci lui demande du blé pour faire de la farine. P’tit bonhomme va demander du blé au champ… Nous vous laissons découvrir la suite.
Didier arrive alors avec des épis de blé et deux petits moulins à main. Les enfants moulent du blé (sûrement pour la première fois de leur vie) et voient la transformation en farine.
Après vérification, Didier rappelle tout le monde : les petits pains sont cuits. Qu’ils sont beaux et appétissants ! Comme la pâte a levé, c’est une belle boule de pain que chaque enfant reçoit.
Il est temps de filer afin d’arriver juste à l’heure pour la sortie de l’école. Même pas en retard !
Nous remercions Pascale qui nous a fait découvrir l’association et Didier qui nous a guidé tout au long de cette journée avec pédagogie, passion et patience ; merci également aux parents qui nous ont accompagnés, qui ont encadré les élèves notamment lors du pétrissage de la pâte, qui ont préparé les pizzas (sous le soleil et près du four).
Merci pour ces découvertes, ce partage. Ce fut une journée magnifique.
À bientôt
Christophe D. enseignant à l’école Nanteuil Montreuil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *